Dressage ?Le site Eurodressage relate une bien triste histoire. Un célèbre cavalier scandinave, lors d’une journée porte ouverte chez lui, a offert (si l’on peut s’exprimer ainsi) des images troublantes.

Un cheval aux allures extravagantes, branché sur son mors de bride, jusqu’à en avoir la langue bleue, encolure trempée de sueur, marques d’éperons sur les flancs.

Les images prises par une télévision spécialisée dans la chose équestre en sont témoins… encore renforcées par d’autres photos de personnes assistant à la présentation. Là-dessus, ce cavalier a été l’objet de poursuites pour maltraitances et écarté des sélections pour les Jeux Equestre Mondiaux de Normandie, puis il a reçu un avertissement de sa fédération.

Ce qui est grave dans tout cela, c’est que le contexte ne se prêtait pas forcément à une équitation agressive pour un cavalier réputé pour être très talentueux… Une journée porte ouverte est faite pour donner une bonne image de soi, non ? Surtout quand on convoque la télévision pour une prestation censée accueillir un bon nombre de spectateurs… des amoureux des chevaux, de ces (trop) belles mécaniques.

Tout professionnel du dressage sait que tout ne se passe bien entendu pas toujours dans la facilité et que certains chevaux présentent à un moment de leur dressage des résistances parfois sévères… Mais là, il s’agit d’un cheval déjà mis, expérimenté à haut niveau, qualiteux, et visiblement de ce qu’on entend ça et là, de bonne volonté dans le travail. On attendrait donc plutôt une prestation basée sur l’entente, la bonne humeur du cheval, l’absence de contrainte trop visible, on attendrait de la belle et bonne équitation, loin de la pression des rectangles et des juges…

On est en droit de penser qu’un cheval d’un tel niveau est dans une phase de peaufinage de son dressage, une phase où, pour aller plus loin, plus beau , il faudrait aller chercher plus de connivence, plus de fluidité…

La désillusion est grande, le spectacle est désastreux, l’image du cheval et de l’équitation salie. Dans certains milieux le résultat de cette brutalité impudique est que tous les cavaliers commencent à passer pour des pervers, ne cherchant que le rapport de domination, sur des animaux qui n’en demandent pas tant.

Qu’est ce qui pousse donc des cavaliers de talent à se discréditer dans de telles présentations ? D’autant que le cheval avait visiblement déjà été remarqué par de riches investisseurs et que depuis il a été vendu comme possible cheval d’équipe pour les prochains Jeux olympiques ?
Ont-ils perdu le bon sens, ne respectent ils plus leurs montures au point de n’être plus que des pilotes, qui font dérouler, au mépris des signaux que leur envoient les animaux qu’ils montent, des exercices dont on a perdu le sens profond ?

Sur un autre plan, qu’est ce qui motive l’entraineur à pied qui, après avoir été mis en cause par la télévision, à annoncé qu’il trouvait le cheval parfaitement relax et que, même après avoir revu la vidéo et des photos, rien ne le choquait ?

Pourtant cet entraineur a participé à des « global dressage forum » devant des milliers de spectateurs tout prêts à entendre la bonne parole, où il a mis en avant les bienfaits des techniques dites « natural horsemanship »… Il y a présenté des chevaux qui piaffent en licol…

Après tout cela, on est donc en droit de se demander ce qu’il peut bien y avoir derrière ces piaffers en licol comme préparation, si, la bouche ouverte sur une langue bleue littéralement écrasée par le mors ne pose aucun problème moral à ce dresseur. On peut frémir en pensant à ce qui peut se passer dans les écuries…

Le fait qu’un gros haras ait publiquement annoncé qu’il se désolidarisait de tout engagement avec ce cavalier de haut niveau, bien qu’ils aient eu semble-t-il des relations d’affaire, est un signe positif envoyé à ceux qui aiment la bonne équitation, celle qui respecte le cheval et tente de garder un minimum raison, en ne pratiquant pas systématiquement une équitation contre les chevaux mais plutôt avec eux.

Tous ces gens talentueux ne pourraient-ils pas faire un effort dans ce sens, et nous prouver plus régulièrement qu’ils s’entendent bien avec la majorité de leurs chevaux ? afin que ce détestable esprit qui méprise les chevaux ne se répandent pas jusque dans les catégories « amateur ».

Pierre