Une rumeur court sans qu’il m’ait été possible de la faire confirmer. Mes emails à l’organisation des JEM 2014 sont restés sans réponse. Rien d’étonnant à cela, qui se soucie vraiment des questions d’un cavalier lambda quand il s’agit de jeux mondiaux ?

Une rumeur court, disais-je, qui prétend que l’accès aux paddocks de détente serait interdit au public dans une discipline : le Dressage.

Dès lors, la première question qui vient à l’esprit est : Pourquoi ? Que se passe-t-il donc de si honteux sur ces carrières qu’on ne puisse montrer aux spectateurs-clients qui auront cassé leur tirelire pour aller admirer ces champion(ne)s du Dressage et leurs magnifiques chevaux ?

Bien sûr, avant que le scandale ne prenne trop d’ampleur pour rester ignoré, nous nous souvenons tous de ces vilaines images : encolures en colimaçon, langues bleues, flancs saignés… le tout sur des rênes tenues avec une délicatesse attendrissante pour qui s’émerveille de la finesse d’exécution de l’Hercule de foire tordant une barre de fer à la seule force de ses biscotos surdimensionnés.

Mais aujourd’hui, tout cela est bel et bien terminé, non ? La Fédération internationale a pris des mesures drastiques pour que de tels spectacles ne soient plus donnés sans être sanctionnés, n’est-ce pas ? La tenue des Jeux Équestres Mondiaux devrait être une belle occasion de redorer le blason d’une discipline tant décriée, parfois injustement, sans doute, mais hélas trop souvent à juste titre…

Eh bien, non !

Sans doute les commissaires de paddocks n’ont pas eu le temps d’être formés. À moins que ce ne soit les cavaliers ? Ou peut-être les chevaux eux-mêmes se sont-ils vigoureusement élevés contre des mesures qui risqueraient de les priver, à quelques minutes d’une importante compétition, d’une bonne séance de stretching ? Allez savoir !

Le fait est que la transparence promise n’est plus à l’ordre du jour et qu’on lui préfère un voile pudiquement jeté sur les pratiques de « détente ».

On me dira peut-être que je pense à mal sans raison, que c’est une façon de favoriser la tranquillité des athlètes équins et humains avant le bain de foule… Peut-être, peut-être…

Imaginons un peu que l’on applique une aussi belle idée aux autres jeux mondiaux de l’été : ceux du football… Imaginons que lorsqu’un joueur part à l’échauffement, quelques minutes avant d’entrer sur le terrain, les organisateurs tendent des rideaux le long de la ligne de touche afin que les spectateurs ne perturbent pas de leurs regards inquisiteurs l’échauffement des footballeurs qui, chacun le sait bien aujourd’hui où ils sont particulièrement médiatisés, sont des êtres particulièrement sensibles. Imaginons…

Chacun fera bien ce qu’il voudra et je n’ai pas l’intention (ni l’autorité, d’ailleurs) d’appeler à quoi que ce soit. Mais pour ma part, si la rumeur est justifiée, je m’abstiendrai de m’intéresser d’une manière ou d’une autre à ces compétitions sur lesquelles les organisateurs auront choisi de jeter le doute et la suspicion.

Et je le regrette d’autant plus que certains des cavaliers actuels du circuit international me semblent mériter beaucoup plus de considération que ce que la Fédération Équestre Internationale laisse à penser par cette décision honteuse.

Olivier