Étriers Kvall, j’ai testé

Étriers KVALLIl y a quelques mois, alors que je déambulais innocemment dans un terrain en herbe, un anodin petit dévers m’a fait choir et je me suis méchamment tordu la cheville. Celle-ci a vaillamment résisté à l’entorse mais, hélas, point un ligament du pied gauche qui lâcha avec un très douloureux petit arrachement osseux. Non, ne vous inquiétez pas, vous n’êtes pas sur un blog-médical mais bien sur votre blog –équitation préféré ! Et même si vous n’avez pas de problème de cheville, ceci peut vous intéresser !
Après un mois d’immobilisation forcée, ma plus grande préoccupation fut bien sûr de remonter à cheval au plus vite.
Le premier essai avec mes étriers habituels me révéla rapidement qu’il ne faudrait pas y revenir. Je me mis donc en quête de planchers plus larges. Un cavalier d’endurance me prêta aimablement des étriers répondant à cette attente pour un nouvel essai. Hélas, je n’y trouvais aucun confort.
Après quelques recherches sur internet, avec des mots faisant allusion aux accidentés des pattes dont l’addiction à l’équitation interdit à leur cerveau d’envisager un instant l’arrêt de leur pratique (en tout cas pas pour une raison aussi peu héroïque), je trouvais des informations et un lien vers les étriers Kvall. Pas de doute, ne serait-ce qu’en les voyant, j’imaginais déjà le confort gagné, ma vie était sauvée… Enfin, bon, peut-être pas ma vie mais au moins mon moral, et c’était déjà beaucoup.

Commande passée, réception rapide. Installation sur la selle, je les ai réglés à longueur identique de mes étriers classiques. Les Kvall sont très légers malgré leur taille imposante. D’un naturel plutôt regardant et réactif, ma jument n’a montré aucun signe d’inquiétude ni à la mise en place de la selle, ni lorsque je l’ai longée avant de la monter.
Étriers KVALLLe montoir est très simple. On pose la pointe de pied sur le plancher comme s’il s’agissait d’une marche et une fois mis en selle on met le pied en place dans l’étrier en commençant par insérer le talon avant la pointe de pied. Il y a une vidéo de démonstration très bien faite sur le site du distributeur. Quelles sensations de confort et de sécurité immédiates ! Le pied est bien à plat, la cheville soutenue, la jambe fixe. Il est évident que ces étriers sont vraiment très bien si vous avez des problèmes de chevilles, de genoux, de pieds mais en fait ils sont très bien mêmes si vous n’avez pas de problème et quelle que soit la discipline, pour les allures enlevées bien évidemment mais également les allures assises.

Pour des cavaliers ayant une position correcte, ils permettent d’apporter un confort et une sécurité supplémentaire. Confort pour le cavalier mais aussi pour le cheval car en contribuant à la fixité de la jambe et la stabilité du cavalier le cheval est ainsi soulagé en grande partie des mouvements parasites. Fixité ne signifiant pas une perte de la capacité d’action de la jambe. Une étude comparative a été faite entre des Kvall et des étriers classiques, elle semble mettre en évidence une meilleure répartition des points de pression dans la selle et un réalignement du centre de gravité du cavalier par rapport à la masse du cheval.

Pour les cavaliers ayant des problèmes de position et de fixité, les Kvall vont encadrer et placer la jambe un minimum. Il semblerait qu’en rétablissant la proprioception complète du pied tel qu’il est au sol, l’oreille interne retrouve ses petits avec délectation, et si l’oreille interne est satisfaite, le cerveau est rassuré ! Ces étriers ne feront pas le travail à la place du cavalier mais ils orientent ce travail dans le bon sens. Cela peut participer efficacement à la progression. Comme ils offrent beaucoup de stabilité, la jambe peut se décontracter en toute sécurité. Cela peut aussi être un élément rassurant pour des personnes débutantes. D’autant que le système de décrochage de l’étrier en cas de chute semble efficace pour les utilisateurs qui ont pu en témoigner. Personnellement, je me réjouis de ne pas avoir été jusque-là et je les crois sur parole !

De façon difficilement justifiable et alors qu’un nombre croissant de cavaliers compétiteurs en faisaient usage, ces étriers ont été interdit en 2012 en compétition pour « dopage technique »… ça me laisse songeuse. Les Kvall contribuent à la stabilité et la fixité du cavalier en selle, augmentant sa sécurité et soulageant le cheval de certains mouvements parasites sans lui ajouter de contraintes… Contrairement au mors de bride, aux éperons, au stick… à la sangle… et à la selle elle-même. Mais ceci est un autre sujet. Ces étriers participent à la performance équestre mais n’est-ce pas le but de tout notre matériel ?

Je m’adresse donc aux cavaliers “champêtres” qui souhaiteraient optimiser leur position, leur équilibre, soulager leurs articulations des longues heures de promenades sans devoir y renoncer, ces étriers leur apporteront un véritable confort, sans les affranchir de savoir « bien monter », évidemment.

Au début, je me disais que j’utiliserai mes « étriers de convalescente » le temps de ma convalescence. Je m’interrogeais même sur le fait que, peut-être, en retrouvant mes étriers classiques je pourrais avoir des difficultés. Honnêtement, je tenterai de remettre mes étriers classiques pour voir et peut-être réserverai-je les K’Vall à ma selle d’extérieure mais, au fil de temps, je me demande surtout pourquoi les abandonner une fois rétablie. S’ils sont confortables, s’ils ne gênent en rien ma pratique et au contraire optimisent mon équilibre et ma sécurité, ceci étant aussi profitable à ma jument, pourquoi m’acharner avec des étriers moins agréables ?

Non, non, je ne suis pas soudoyée par Monsieur Kvall ! Mais cette belle innovation française mérite d’être soutenue. Le produit est véritablement optimisateur de la pratique équestre et respectueux du cheval. Je crois que je suis bien partie pour une adoption définitive de mes Kvall !

Maryan

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire