Devenons amisDepuis quelques temps, comme probablement d’autres blogs équestres, nous recevons régulièrement des invitations à rejoindre l’un ou l’autre des portails équestres qui semblent décidés à s’installer durablement dans la « bulle équestre internet ».

Nous sommes donc cordialement invités à rejoindre un réseau social spécialisé où, n’en doutons pas, nous aurons l’opportunité d’être lu par la foule de passionné(e)s d’équitation qui ne manquera pas de se presser aux portes de ces nouveaux paradis équestres numériques.

Je dois dire que ces sollicitations au ton racoleur ont le don de m’agacer.

Sans même connaître les gens à qui ils s’adressent, ces braves gens aux intentions les plus pures prétendent nous accompagner dans « nos premiers pas » afin de promouvoir de « nouveaux talents ».

La bonne blague !

D’ailleurs, une fois ces considérations angéliques passées, on en revient vite aux bons vieux procédés répétés dans les écoles de commerce. On nous cite quelques noms de l’équitation suffisamment prestigieux pour attirer le chaland. On ne sait pas trop bien quel est leur rapport avec ces entreprises mais, peu importe, puisqu’ils y ont déjà un compte, une fiche, ou un profil… Oui, je sais, c’est un peu vague. Et l’on reprend le vocabulaire standardisé. Il ne s’agit plus que de s’adresser à une « cible », privilégiée et de qualité, comme il se doit : vous, en l’occurrence. Eh oui, les lectrices et lecteurs de blogs équestres sont des cibles comme les autres à qui il devrait bien être possible de vendre quelque chose.

Finalement, ce que l’on nous propose aussi cordialement, en flattant nos supposées envies de reconnaissance, voire de renommée, c’est d’utiliser la confiance que veulent bien nous accorder nos lecteurs pour valider un projet purement commercial qui, utilisant le travail bénévole des blogueurs et votre intérêt pour l’équitation, compte bien créer une base de données de clients potentiels pour des enseignes qui achèteront des espaces publicitaires, d’une manière ou d’une autre, sur ces « nouveaux » réseaux. Tout cela en nous présentant l’affaire comme un cadeau qu’il serait idiot de refuser… puisque c’est gratuit !

Ce modèle économique qui nous prend pour des cruches et dont la viabilité est d’ailleurs très aléatoire, est bien connu.

Eh bien tant pis ! Au risque de passer à côté de l’équitation 2.0, nous ne nous prêterons pas à ces mascarades. Nous ne manquons pas de lecteurs et n’avons d’autres ambitions que de parler de l’équitation que nous aimons sans la moindre intention cachée. À force de vouloir tirer profit du travail bénévole et de la passion des gens, on finira par faire de l’internet une simple galerie commerciale. Ce n’est pas dans cet objectif que nous avons décidé, un beau jour, de créer ce blog.

Olivier